Clous, vis, boutons, pièces de métal, fils, rivets, bouts de tissus, morceaux de cuir, bois flottés, carcasses de fauteuils. Ceci n’est pas un inventaire à la Prévert mais les objets qui peuplent l’atelier d’Any Romero. Et si ces derniers ont une vie secrète, il y a fort à parier que lorsqu’Any entreprend la création d’une nouvelle pièce, c’est la foire d’empoigne dans les boîtes de pièces détachées pour être dans le casting  !
Comment une humble corne de chèvre aurait pu imaginer plus beau destin que celui de finir sa vie habillée d’or, couronnant le velour rouge du fauteuil matador ? Qui aurait pu croire que ce modeste cube de contre-plaqué devienne, vêtu de peaux de serpent et de léopard, le chouchou de Madame ? Personne n’aurait pu savoir tout ça, sauf Any Romero qui sait déceler le talent caché des objets en les associant et en les magnifiant.
Alors, si dans un coin reculé de votre salon, traîne une vieille chaise qui ne trouve plus grâce à vos yeux, ou si votre couloir est hanté par un meuble anonyme mais néanmoins très utile, n’hésitez pas à les confier à Any Romero ; entre ses mains, ils feront leur grand retour.

Publireportage